L’agrotourisme en France

Il y avait le bon vieux spa, il y a les champs à labourer. Il y avait les pistes de ski, il y a les sillons à tracer. Il y avait la plage, il y a les prés. Il y avait les terrasses, il y a les pâturages. On n’a pas fini d’inventer de nouveaux moyens de se détendre, et le must, c’est que ce soit aussi en pleine conscience, en accord avec la nature, voire, disons-le, carrément écologique et même écolo-responsable. Ne cherchez plus : vous êtes en train de penser à l’agrotourisme, tout esbaudi que vous êtes à l’idée d’en avoir une sans le savoir, avec des fleurs entre les dents et une pioche à la main gauche.

Pour conjurer le stress, tandis que d’autres font de la gym, du fitness, de la zumba, des voyages, vont au cinéma, invitent sur http://www.6annonce.com une Paris escort au restaurant, s’essaient à la peinture ou encore escaladent les montagnes, une poignée de nouveaux venus dans la sphère du tourisme et des loisirs enfourchent le tracteur des exploitations partenaires pour s’adonner à une forme de relaxation qui devient très vite une passion : cultiver le jardin des autres.

Au jour où les poulaillers urbains se répandent et fournissent leurs heureux propriétaires en œufs frais du matin pondus, et tandis qu’on constate avec effroi la fonte des grands glaciers partout sur la planète ; au jour d’aujourd’hui, où l’on sait dorénavant mesurer les méfaits de la pollution sur la qualité de vie globale de la terre qui nous a vus naitre et qui nous accueillera au dernier jour (enfin, plutôt trois jours après le dernier jour, et encore, ça dépend des cultures) il est un heureux présage que l’on s’attelle aux différentes formes de cultures, dont notamment celle qui consiste à revigorer la nature, tout en prenant un bain de soleil et en faisant fonctionner ses muscles de manière intelligente.

Dans des pays avancés comme la France, l’Allemagne, la Suisse ou encore l’Autriche, les infrastructures accueillant les touristes attirés par les activités agricoles, qui s’appellent volontiers les écotouristes sont très performantes : traite du lait, fourrage aux bêtes, plantations et récoltes sont désormais à la portée de chacun et de chacune, en couple, en famille ou seul. Il est possible de choisir ses travaux, ou de s’inscrire dans le fonctionnement d’une exploitation, en apprenant les bases rudimentaires de l’agriculture. C’est ce qui séduit de plus en plus de monde : « Je peux choisir de cultiver des fleurs ou de ramasser des fruits, selon mon humeur ou mes capacités.

C’est le tourisme responsable, la détente de demain. Mais c’est faisable dès aujourd’hui, alors les gens viennent en foules, on est obligé de reporter des inscriptions ! », nous confie Benoit, paysan en Ardèche, qui après les faiseurs de fromages de chèvres venus de Paris, des tissus colorés autour du cou, voit d’un bon œil ces hippies modernes : « Ils sont très sérieux, et ne refusent pas en bloc le monde d’aujourd’hui, mais ils cherchent un sens pour eux et pour la planète. »

Red Rock Ranch © Copyrights